Jean-Pierre Farges pousse Ashurst à broder

mars 22, 2017

jpfMais quelle mouche a bien pu le piquer se demande-t-on à l'ARE ? Est-ce son absence à la remise de la Légion d'Honneur d'Arnaud Marion promu chevalier où plusieurs de ses confrères en restructuring dont Reinhard Dammann (sa bête noire) ont été conviés qui est la cause de tout ce tintouin autour du prix décerné par Leaders League ? Attribué à l'occasion des Trophées d'Or où en découvrant les lauréats, on ne peut s'empêcher de se demander si PwC n'a pas été chargé comme lors de la dernière cérémonie des Oscars de remettre les enveloppes à Pierre-Etienne Lorenceau ?
En général, seuls les outsiders, trop contents d'avoir leur jour de gloire, en font un large échoNon sans parfois un certain sens de la mise en scène. Ainsi, l'un des fondateurs de Sekri Valentin Zerrouk n'a pas hésité à poster (mine de rien) sur Linkedin, le dessin de ses enfants manifestement très émus des 2 prix (relation client, start up > 5 ans) reçus par leur père, encore plus fier qu'eux si l'on en juge par le contenu de son message largement commenté et pas toujours dans le sens qu'aurait souhaité son auteur originaire de Versailles.
Dans le cas de Jean-Pierre Farges dont l'équipe a reçu le prix du restructuring devant Advocacy 4 (un poids super-mouche de la catégorie), l'une des “pochettes surprises” de la soirée, plusieurs membre de l'ARE ont eu le souffle coupé en découvrant le press release d'Ashurst. Voire pire pour certains qui n'ont pas hésité à tomber dans le vulgaire sous prétexte que l'un des leurs a été surpris à faire dans l'indigne. L'expression imagée (cela s'entend) pour traduire leur (profond) étonnement n'est pas sans rappeler ce que recherchent certains noctambules surpris à déambuler (le plus souvent en tenue légère) autour du Pavillon d'Armenonville où se déroule chaque année les Trophées d'Or.
En l'absence de Weil Gosthal, l'incontestable leader de cette practice qui ignore depuis longtemps les sollicitations de l'organisateur en raison de ses méthodes connues de tous, la partie était plus ouverte. Surtout avec la défection de Willkie Farr Gallagher dont la présence en anti-trust a créé un certain émoi en interne (à croire qu'avec moins de 10 M€ facturés l'an passé Jacques-Philippe Gunther ait voulu redorer son blason) et d'Allen & Overy, les autres poids lourds du restructuring. Sans oublier De Pardieu Brocas Maffei honoré en droit public des affaires en l'absence de Clifford Chance et d'autres law firms déjà mentionnées. Présent au mariage de Maurice Lantourne, le maître de cérémonie semble avoir la mémoire courte. Idem à l'égard d'Orrick dont l'indéfectible soutien lui était acquis du temps où Delphine Deschamps Martel s'occupait (à sa manière) de la communication.
Difficile de comprendre le soudain besoin de reconnaissance de cet ancien Secrétaire de la Conférence (de la Cour de Cassation pas celle du concours d'éloquence de la Cour d'Appel) passé par un cabinet d'avoués avant de rejoindre Ashurst. Surtout après la sortie du classement d'Option Droit des Affaires gratifiant en prévention des difficultés et en renégociation de dette, la law firm du Square Edouard VII de ***** au même titre que Weil Gosthal, Willkie Farr Gallagher, Allen & Overy. Mais également d'Orrick et De Pardieu Brocas Maffei,
A moins que comme Ouin-Ouin Pine d'Huitre, Jean-Pierre Farges se soit senti brimé (à juste titre mais tout de même) en découvrant sa position *** dans l'autre classement de cette publication dédié aux procédures collectives. En tout cas, celui affectueusement affublé par plusieurs de ses confrères du surnom de Didier l'Embrouille (un autre personnage d'Antoine de Caunes) à force de brandir à tout va, son code pénal comme une batte de baseball, n'aura aucun mal à faire sa loi dans la catégorie où il a été reléguée.
Alors à quoi bon préférer les honneurs (surtout d'aussi piètres) à l'honneur au moment où Ashurst, établi à Paris depuis 1991, fait la Une au sujet de son avenir ? Sans parler d'autres départs à venir après ceux en partance pour Freshfields. A croire que cette malheureuse initiative sonne comme le regret de ne pas avoir été retenu sur le dossier Lejaby, la maison de lingerie fine brodée à la main. A moins qu'un conciliabule rassemblant Bertrand Delaunais, Eric Bouffard et Pierre-Emmanuel Fender en ait décidé ainsi sans pets de nonne mais agrémenté de chouquettes moins gras et beaucoup plus digeste. Affaire à suivre...