AOC nommée CEO de la FFT

mars 5, 2021

Alors qu'Amélie Moresmo qu'elle corrigeait sur les courts, devenue coach d'Andy Murray demande à sa girlfriend ”vous avez fait quoi hier soir?“, non loin de Kate Middleton affectée par la déroute du joueur en 1/4 de finale de Winbledon, en juin 2014, Amélie Oudéa-Castéra vit des jours heureux chez Axa France.
Mais plus pour longtemps puisque le départ de Nicolas Moreau, en mars 2018, déshérité par Henri de Castrie qui lui a préféré, 18 mois plus tôt, Thomas Buberl pour lui succéder, précipite le sien chez Carrefour qu'elle rejoint, en novembre 2018 comme global head du e-commerce, data & digital.
Sa démission du 1er employeur privé de France coïncide avec le rejet de l'offre du québecois Couche-Tard bloquée par Bercy par crainte d'une atteinte à la souveraineté alimentaire.
Toujours aussi inspiré comme lors de son apparition dans Quai d'Orsay (2013), Bruno Le Maire a considéré le groupe présidé par Alexandre Bompard comme “un chaînon essentiel dans la sécurité alimentaire des Français”. 
Née 2 ans après le sacre de Guy Drut sur 110 m haies au JO de Montréal et même si elle sait que cet exploit a peu de chance de se reproduire de son vivant, AOC a décidé depuis longtemps d'aider le sport tricolore à se relever.
Bienvenue, cette initiative n'a pas fait baisser pour autant la consommation de Prozac chez les lecteurs de L'Équipe encore moins celle de Pastis des supporters de l'OM.
Dans la foulée de son départ d'Axa, fin 2017, elle créée l’association Rénovons le sport français dont elle assure la présidence. Son passage chez le géant de la distribution n'était qu'un interlude qu'elle a exécuté avec passion et détermination comme tout ce qu'elle entreprend depuis qu'elle a commencé à marcher.
A l'opposé de Lucien, le commis de Collignon, l'épicier d'Amélie Poulain dont l'ardeur au travail lui évite d'être flashé par un radar, très vite, son service met en émoi l'Alsacienne et Lorraine de Paris, le club de tennis du Perreux sur Marne où elle s'entraîne “en culotte courte” avec Cédric Dubourdieu et son frère qu'elle gratifie de quelques roues de bicyclette monétisées en Pépitos.
Ceci expliquant pourquoi pour d'autres comme Shurik'n, il n'y en avait plus au goûter. Et pourtant l'associé de BC Partners redescendu 4/6, était -4/6 à son entrée à l'X. Habitué aux femmes d'exception, il a défilé, en 1997, sur les Champs Elysées en formation avec Caroline Aigle, 1ère femme pilote de chasse à 24 ans puis Cdt d'escadrille 6 ans plus tard, trop tôt disparue à 33 ans.
Être battu par AOC se révèle moins douloureux que de faire un sparring avec Anissa Meksen dans un sport où son condisciple mieux classé (pas au tennis) qu'elle à la sortie de la promotion Léopold Sédar Senghor, élève assidu de Guillaume Kerner, excelle.
Au point qu'il pourrait, sans problème, s'occuper de la sécurité de son époux dont il est déjà proche et le n°2 ex-aequo dans l'ordre de succession chez SG.
Après avoir gagné l'Orange Bowl à 14 ans, la nièce de Patrice et Alain Duhamel (sans lien de parenté avec l'ex-associé de Jean Veil qui a éclaboussé Frédéric Mion le poussant à la démission), arrive en demi-finale junior de l'US Open (1993) puis de Roland-Garros et Winbledon (1994).
Bénéficiaire, en 1996, d'une wild card, elle est éliminée, d'entrée de jeu, sans accéder au tableau principal de Roland Garros remporté cette année là par Steffi Graf. Déçue mais lucide, elle range ses raquettes en même temps qu'Henri Leconte et se lance à fond dans ses études.
Après Sciences Po et l'Essec, à sa sortie de l'ENA, en 2004, elle rejoint la Cour des Comptes (4 ans) avant de partir chez Axa. Après l'élection d'Emmanuel Macron qu'elle connaît “mieux que bien” selon la formule consacrée, le ministère des sports lui “passe sous le nez” à 2 reprises. A croire qu'en haut lieu, on l'imagine imiter Claude Allègre à l'Éducation Nationale.
Qu'à cela ne tienne, tout en attendant son heure, cette mère de 3 garçons dont l'un est déjà classé 30-1 à 12 ans, est nommée présidente du comité d’audit de Paris 2024. Laquelle finit par arriver à ce soutien de la 1ère heure de Gilles Moretton (ex-n° 65 à l'ATP).
Tout juste élu à la présidence de la FFT, il l'intronise CEO de la fédération à la place de Jean-François Vilotte, ex-associé de De Gaule Fleurance sorti “non classé” de la promotion Léonard de Vinci dont sont également issus Xavier Musca et Philippe Capron, les 2 stagiaires qui ont accompagné J2M dans sa dernière tournée comme inspecteur des finances.
Une fois installée Porte d'Auteuil, à un jet de balle de chez Patrick Sayer, cette membre du conseil d’administration d’Eurazeo et de Plastic Omnium va s'atteler à remettre le tennis tricolore sur les rails de la victoire et certainement oeuvrer à la fusion des circuits féminin (WTA) et masculin (ATP), tout en s'occupant du reste.
A commencer par le tournoi de Roland Garros, en évitant comme la LFF placée sous l'autorité de la FFF de “se prendre les pieds dans le tapis” avec Médiapro.
Déjà qu'avec la crise sanitaire, la manne (280 M€) des Internationnaux de France qui alimente le budget annuel (325 M€) de la FFT, a été divisé de moitié (140 M€). Heureusement, sponsor du tennis mondial et de ce tournoi du grand chelem, BNP Paribas est là.
Pour ce travail à temps plein, mieux vaut avoir une bonne 1ère balle de service sans avoir “les 2 pieds dans le même sabot” !